jeudi 31 janvier 2013

Bleu pour les garçons


Avant la vie était simple : bleu pour les garçons, rose pour les filles, dès la layette, les repères étaient posés. D’ailleurs Superman n’est-il pas entièrement moulé dans un costume bleu que soulignent quelques traits de rouge et de jaune ?

Et dans le genre, celui-ci est assez réussi
N’est-ce pas super le bleu pour les garçons ?

mardi 29 janvier 2013

La Villa Ephrussi de Rothschild


La maison d’édition niçoise Baie des Anges a organisé avec Nice Azur TV, un concours de nouvelles sur le thème Demeures ou Villas historiques du pays niçois. Huit nouvelles retenues par le jury ont été éditées. Je prends ce prétexte pour publier quelques photos de ces villas historiques du pays niçois.

 «  La Villa Île de France, l’une des plus prestigieuses construites sur la Côte à cette époque, appartenait à la Baronne Béatrice Ephrussi de Rothschild. La maison des Camilleri, n’avait rien de commun avec sa voisine, mais Armand ne l’aurait pour rien au monde échangée. Quand on lui posait la question, il éclatait de rire : Vous vous rendez compte, devant la porte d’entrée, elle n’a même pas une tonnelle comme la nôtre ! »
René Bo-Durbano fait se rencontrer les deux voisins, Béatrice et Armand. La villa construite juste avant la première guerre mondiale est certes impressionnante, la vue sur la baie des Fourmis et la rade de Villefranche y est magnifique.
« Ils longèrent la pièce d’eau qui partageait le jardin en deux portions parfaitement symétriques, perpendiculaires au bâtiment. Elle lui expliqua les jeux de lumières et les jets d’eau. »
Le plus beau ce sont les 9 jardins qui entourent la villa.
Dont un jardin japonais
Une roseraie
Un jardin exotique
De la terrasse de la villa on voit de l’autre côté de la baie des Fourmis, la Villa Kérylos à Beaulieu bâtie aussi au début du XXe siècle par un cousin d’Ephrussi de Rothschild

dimanche 27 janvier 2013

samedi 26 janvier 2013

Il a plu



Le samedi 19 janvier a eu lieu dans une trentaine de villes en France une manifestation nationale en régions avec pour slogan 2013, l’égalité maintenant ! Pour demander les mêmes droits pour toutes et tous ; c'est en particulier le mariage, l'adoption, la filiation pour les couples de même sexe, la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes, le changement d'état civil, libre et gratuit en mairie, pour les personnes transgenres. Malgré la pluie qui tombait sur Nice, la place Garibaldi, lieu de départ de la manifestation a été vite remplie. La police qui voit toujours moins grand que les participants ou les organisateurs a annoncé 1.500 manifestants.
Dimanche 27 janvier a lieu à Paris une nouvelle manifestation pour l’égalité. Il m’a plu d’être à celle de Nice même s’il a plu.
Vous trouverez les autres participants à cette chronique hebdomadaire sur le blog d’Amartia dans sa rubrique La photo de la semaine

mercredi 23 janvier 2013

Au-delà de l’Observatoire


La maison d’édition niçoise Baie des Anges a organisé avec Nice Azur TV, un concours de nouvelles sur le thème Demeures ou Villas historiques du pays niçois. Huit nouvelles retenues par le jury ont été publiées. Ayant rencontré le 7 octobre au Festival du livre de Mouans-Sartoux puis le 13 octobre au Museaav à Nice quelques-uns des auteurs, je prends ce prétexte pour publier quelques photos de ces villas historiques du pays niçois.
 L’Observatoire de Nice est situé au sommet du Mont-Gros dans un parc forestier d’une trentaine d’hectares sur lequel sont construits une quinzaine de bâtiments historiques, la plupart réalisés par l’architecte de l’opéra de Paris Charles Garnier vers 1880.
Photo © Marc Heller - Observatoire de la Côte d’Azur
C’est là que Laurence Dionigi a situé l’action de sa nouvelle.
On assiste à la rencontre entre une jeune femme nommée Stella (sic !) et un petit garçon, Ulysse, qui, un jour, lui demande : « Madame Stella pourquoi êtes-vous toujours habillée de la même façon ? Et pourquoi portez-vous ce chapeau démodé même en plein été ? »
Ils se voient tantôt dans la coupole Bischoffsheim dont la grande lunette équatoriale mesure 18 mètres de long et possède une lentille de 76 cm de diamètre.
Parfois dans le wagon qui abrite l’Équatorial coudé.
Laurence Dionigi tout en menant son intrigue entre les deux personnages nous fait visiter le domaine de l’Observatoire et donne des précisions sur les bâtiments, les instruments, les recherches menées.


Pour connaître la réponse à la question posée par le petit garçon, il faut aller jusqu’au bout de la nouvelle
au-delà du rêve, au-delà du réel, au-delà de l’Observatoire

lundi 21 janvier 2013

La maison bleue



C’est à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) que j’ai pris cette photo, j’imagine que l’inscription est un hommage à la chanson de Maxime Le Forestier :

C'est une maison bleue
Adossée à la colline
On y vient à pied, on ne frappe pas
Ceux qui vivent là, ont jeté la clé
On se retrouve ensemble
Après des années de route
Et l'on vient s'asseoir autour du repas
Tout le monde est là, à cinq heures du soir
San Francisco s'embrume
San Francisco s'allume
San Francisco, où êtes vous
Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

Nageant dans le brouillard
Enlacés, roulant dans l'herbe
On écoutera Tom à la guitare
Phil à la kena, jusqu'à la nuit noire
Un autre arrivera
Pour nous dire des nouvelles
D'un qui reviendra dans un an ou deux
Puisqu'il est heureux, on s'endormira
San Francisco se lève
San Francisco se lève
San Francisco ! où êtes vous
Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

C'est une maison bleue
Accrochée à ma mémoire
On y vient à pied, on ne frappe pas
Ceux qui vivent là, ont jeté la clé
Peuplée de cheveux longs
De grands lits et de musique
Peuplée de lumière, et peuplée de fous
Elle sera dernière à rester debout
Si San Francisco s'effondre
Si San Francisco s'effondre
San Francisco ! Où êtes vous
Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

Mais voici une photo prise à San Francisco par mon ami Gerard Koskovich en juin 2011
C’est la vraie maison bleue